xxxx
xx

 

 
xx


xxxx




La guinée :


 


Drapeau de la Guinée




 






 
Politique et administration :

 
La Guinée est une République avec comme chef de l'État le président, élu par le peuple pour un mandat de cinq ans.


Cette période initialement fixée à 5 ans a été modifiée à 7 ans par la Constitution de 2003 , puis re-modifiée par le conseil national de transition (CNT) en 2010 pour une durée de 5 ans renouvelable une fois.


La fonction de président a été occupée par Lansana Conté du 5 avril 1984 au 22 décembre 2008.


Le Premier ministre est désigné par le chef de l'État.


Depuis le 15 novembre 2010, après la première élection présidentielle libre depuis l'indépendance en 1958, Alpha Condé est élu à la tête du pays dans la contestation.


 
Depuis l'instauration du multipartisme en avril 1992, une quarantaine de nouveaux partis ont été reconnus.

 
Le pouvoir législatif est assuré par un parlement composé d'une seule chambre, l'Assemblée nationale, où siègent 114 députés élus par le peuple pour un mandat de 5 ans.

 
La Constitution et l'Assemblée nationale ont été suspendues en décembre 2008 après le putsch du CNDD avec à sa tête le capitaine Moussa Dadis Camara.


La nouvelle constitution a été adoptée par le CNT le 19 avril 2010 et promulguée par le Général Sékouba Konaté par décret le 7 mai 2010.


 
L'ONG Transparency International classe régulièrement la Guinée parmi les pays où la perception de la corruption est la plus forte.


Le thème de la corruption est récurrent dans les revendications des opposants et des organisations syndicales en Guinée.






 




 
 
 
Démographie :

 
Le taux de natalité est élevé.


Le taux de sida est de 1 % et reste encore bien inférieur à celui des pays d'Afrique australe (Afrique du Sud 12 %, Mozambique 16 %, Zimbabwe 23 %).


Enfin la population reste très jeune : 44 % de moins de 15 ans.






 
 
Monnaie :

 
Sur le territoire de la république de Guinée, la devise ayant cours depuis 1960 est le franc guinéen.


Cette devise n'a cours dans aucun autre pays, mais est échangeable auprès de changeurs exerçants à proximité des frontières, avec les devises ayant cours dans les pays riverains , franc CFA, dollar libérien, leone de Sierra Leone et également avec l'euro et le dollar.


La banque centrale de Guinée permet également le change, mais à des taux peu intéressants et uniquement à Conakry.




 




 



 
 
Agriculture :

 
La majorité des Guinéens travaillent dans le secteur agricole.


Le mil et le fonio sont les principales cultures de la Haute-Guinée, tandis que l'on produit de l'arachide dans la région de Koundara.


Le riz est cultivé dans les zones inondées en bordure de rivière et de fleuve, mais la production locale est insuffisante et le pays importe du riz asiatique.


Les cultures vivrières traditionnelles comme celle du manioc restent largement pratiquées autour des habitations.






 
 
Secteur industriel et minier :

 
Scandale géologique par excellence, la Guinée dispose d'importantes ressources minières dont les principales sont la bauxite (2/3 des réserves mondiales), l'or, le diamant, le fer, le pétrole, l'uranium, le phosphate, et le manganese.


 




 

 








 
Energie :

 
La Guinée est dépendante sur le plan énergétique, important la totalité de sa consommation d'hydrocarbures.


L'exploitation de gisements au large des côtes est à l'étude.


 
Le potentiel en production hydro-électrique est considérable en raison du relief et de la pluviométrie.


Les premiers barrages ne suffisent pas à alimenter Conakry en totalité.












 
Tourisme :

 
Le pays accueille très peu de touristes étrangers, et ce malgré une grande diversité de paysages et de centres d'intérêts potentiels.





 
 
Langues :

 
La langue officielle de la République de Guinée est le français.


Il s'agit de la langue de l'État et des institutions officielles.


À la fin du régime de Ahmed Sékou Touré, le français est redevenu la langue unique d'enseignement à l'école.


 
La langue française est une langue en forte expansion en Guinée d'après les derniers rapports.


En 2002, le nombre de locuteurs de langue maternelle française était estimé à 2 % de la population totale.


D'après les autorités guinéennes, une nouvelle estimation de 2007 revoit ce chiffre fortement à la hausse par rapport à celle de 2002 : le nombre de francophones atteindrait 21,1 % et le nombre de francophones partiels 42,1 %.


L'ensemble cumulé représente 6 millions de personnes, soit 63,2 % de la population totale ayant une maîtrise partielle ou complète de cette langue.
 







http://cecilefirelight.boosterblog.com/


xx
 
xx

xx
Booste le trafic de ton blog xx       xxxx



xx xx      xxxx    

xxxx  xxxx  xxxx
Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site