xx
 
xx

La vanille de Madagascar :


 



 

Fichier:Vanilla fragrans 3.jpg



 



 

Floraison de la vanille 




La vanille est une épice constituée par le fruit de certaines orchidées lianescentes tropicales d'origine mésoaméricaine du genre Vanilla, principalement de l'espèce Vanilla planifolia.


Vanilla pompona est également susceptible de produire de la vanille, son fruit court lui valant aussi l'appellation de vanillon.


Les plantes qui produisent la vanille portent elles-mêmes le nom de vanille, ou parfois de vanillier.


Ce sont les seules orchidées cultivées pour des raisons autres qu'ornementales.


 

La culture et la préparation de la vanille nécessitent, pour obtenir une épice richement aromatique, des soins longs et attentifs.


Cela en fait, rapporté au poids, l'un des produits agricoles les plus chers au monde. Il se présente sous la forme de bâtonnets noirs et luisants, communément appelés « gousses de vanille.

Botaniquement, il s'agit cependant de capsules.




 



A Madagascar : Il existe deux espèces de vanille :


- Le vanillier sauvage ( Vanilla phalaenopsis ) localisé dans des forêts primaires humides, qui donne une superbe fleur blanche au cœur orangé avec la particularité de ne pas avoir de feuilles...


- Le vanillier de culture, très prisé pour sa gousse qui entre dans la fabrication des confiseries, des yaourts, glaces et du célèbre Coca Cola. 


 



 

Fichier:Vanilla plantation in wood dsc00190.jpg

Culture de vanille en sous-bois








Modes de culture et d'élaboration de l'épice :

 

Fichier:VanillaFlowerLongitudinalSection-fr.png







La fécondation de la vanille :
 

La fécondation doit toujours être assurée manuellement fleur par fleur. Le procédé utilisé est toujours le même que celui découvert par Edmond Albius.


On le pratique tôt chaque matin (car les fleurs ont une vie brève de quelques heures en début de journée) et par temps sec (car la pluie contrarie la formation du fruit).


 

La fleur est tenue délicatement d'une main, un doigt servant de point d'appui sous la colonne (la partie centrale de la fleur).


Avec un instrument pointu mais non tranchant, une épine par exemple, on déchire le capuchon qui protège les organes sexuels mâles.



Avec ce même instrument, on redresse alors la languette (le rostellum) qui sépare les organes femelles de la partie mâle et l'on rapproche avec les doigts l'étamine porteuse du pollen vers le stigmate ainsi dégagé en exerçant une petite pression pour assurer un bon contact.









Modes de culture et d'élaboration de l'épice :


De juin à décembre, quand les fleurs odorantes inondent les plantations de leur parfum, les femmes entrent en scène munies d'une épine pour la pollinisation manuelle.


Après 8 à 10 mois de janvier à avril, vient la fructification des fruits.


Les gousses vertes charnues à l'aspect d'une capsule de coupe triangulaire à angles arrondis pendent au bout d'une inflorescence surnommée "balai".


Après la récolte, trempées pendant 40 à 60 secondes dans une grande bassine d'eau bouillante selon leur maturité, les gousses sont par la suite séchées au soleil sur des tapis en sisale posés sur des claies en bambou le long des routes.


Vient ensuite la sélection des produits qui se fait selon le parfum et la longueur des gousses brunies par le soleil, critères déterminant leur qualité à l'exportation.

 

Malgré la concurrence d'autres pays tropicaux comme l'Indonésie et l'émergence de nouvelles dynamiques de conquête du marché comme dans l'État du Kerala en Inde, Madagascar conserve toujours aujourd'hui largement son rang de premier exportateur mondial.


Madagascar produit 60% de la vanille dans le monde.


 

Fichier:Vanilla fragrans 4.jpg

Séchage de la vanille




Au total, il aura fallu 1 kilo de vanille verte pour faire 250 gr de vanille sèche ainsi que 19 mois entre la fécondation et la vente. 


 

Fichier:Vanilla planifolia 1.jpg

Fleur de la vanille







Histoire de la vanille à Madagascar :


Ce sont les planteurs réunionnais qui introduisent vers 1880 à Madagascar la culture de la vanille.

Les premières plantations sont faites sur l'île de Nosy Be.

De là, elles prennent ensuite pied dans les régions orientales de la grande île, celles d'Antalaha et de Sambava au climat humide favorable.

L'engouement est rapide et la production malgache dépasse les 1 000 tonnes en 1929, soit plus de dix fois celle de La Réunion.

Mais le marché manquant de régulation, la vanille connaît cycliquement des crises de surproduction.

 

 





La production de la vanille :

 
Fichier:Map Vanilla.png




La culture de la vanille s'est répandue dans diverses régions tropicales humides du monde.


Deux pays, Madagascar et L'Indonésie, assurent cependant l'essentiel de l'approvisionnement mondial.


Alors qu'au cours des années 1990, la production indonésienne était passée en tête, Madagascar a recouvré aujourd'hui sa position dominante.


A Madagascar, en 2004, la vanille faisait vivre 80 000 planteurs.


Elle est surtout cultivée dans la région de Sava
, au nord-est de l'île où l'on trouve 24 000 des 29 500 hectares plantés dans l'île.


On recense les autres plantations pour 1 500 ha autour de
Diego Suarez et pour 3 800 ha dans la région de Toamasina, le port par lequel les exportations de l'épice sont réalisées.


 

Fichier:Vanilla 6beans.JPG





D'autres pays, de longue tradition vanillière, continuent à alimenter de manière plus modeste le marché mondial :

Le
Mexique, les Comores et dans une moindre mesure, sur des créneaux haut de gamme, La Réunion et Tahiti.

En revanche, les Seychelles ou l'île Maurice ne produisent plus de vanille.

 

Les productions du sud-ouest de l'océan Indien peuvent prétendre à l'appellation vanille Bourbon, qu'elles soient originaires de Madagascar, des Comores ou de l'île de La Réunion.



 


Cliquez sur cette fleur pour voir un site sur la vanille :





 

 


http://cecilefirelight.boosterblog.com/


 

xx
 
xx


xx
Booste le trafic de ton blog xx       xx xx    

xxxx  xxxx  xx
 

 

Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site