xxxx
xx

 
xx

 

Les baleines à Bosse de Madagascar : suite :

 


 

xx xx



 

 Fichier:Buckelwal Nahaufnahme.jpg

 

La baleine à bosse (Megaptera novaeangliae), mégaptère ou jubarte est une espèce de baleines à fanons (ou mysticètes).

 


 

 

Appelé aussi en français jubarte, baleine à taquet, rorqual à bosse ou rorqual du Cap, ce géant vulnérable est appelé Grand Dieu :

 

 

« Zagnaharibe » ou « Trozona » par les malgaches qui le respecte et le protège.



 

Chaque année, la saison des baleines est le motif de grandes festivités.



 

Le groupe HSM est activement engagé pour que vive et perdure le sanctuaire des baleines de Sainte Marie.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Comportements des baleines :



 

 



 

 

 

Les baleines à bosse s’expriment parfois par des gestes spectaculaires :

 


 

- La frappe des nageoires pectorales sur l’eau (« flippering »)ou de la caudale, (« tail-slapping »),




 

- La sortie de la tête au dessus de la surface de l’eau (« spy-hopping »),




 

- Le saut (« breaching ») parfois totalement en dehors de l’eau.

 

 

 

 

 



 

Ces comportements auquel on attribue diverses significations (parade amoureuse, communication, enlèvement des coquillages parasites, marquage de zone, intimidation, inspection des alentours, etc...) constituent les magnifiques passes du ballet grandiose des baleines à bosses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chant des baleines :


 

En eaux tropicales, la baleine à bosse émet une grande variété de sons dont certains sont des séquences élaborées et harmonieuses composées de syllabes bien distinctes.


 

Mystérieusement, ces mélodies sont comme des dialectes.


 

Les versions diffèrent selon les régions et les troupeaux.


 

D’une année sur l’autre, les mâles reprennent les séquences à la mode de l’année précédente puis introduisent des variantes.


 

La manière dont ces sons sont produits est encore étrange et inconnue, la jubarte ne possède pas de cordes vocales.

 




 

 

 

Une espèce vulnérable :


 

Le nombre des baleines à bosse dans le monde a été considérablement réduit (de 150 000 à 12 000 individus en 1988) par la chasse commerciale qui a été bannie des océans de la planète en 1966.


 

Aujourd’hui, les menaces pesant sur cet animal qui peut normalement vivre jusqu’à 75 ans, proviennent principalement des grands filets de Pêche, des collisions avec les bateaux et des sonars militaires.


 

De surcroît, certains pays tentent malheureusement de reprendre cette chasse commerciale.


 

Parce qu’elle représente une alternative économique à la chasse, l’observation commerciale et encadrée (code de bonne conduite d’observation en mer) des baleines contribue à leur protection.



 

Le groupe HSM participe à la sauvegarde et la protection de cet animal vulnérable par son action au sein d’associations protectrices des baleines.

 

 




 

 

Nourriture :


 

Les mégaptères se nourrissent principalement de krill et de poissons dans les eaux glaciales.

 


 

 Fichier:Humpback lunge feeding.jpg

 



 

Pour ce faire, elles filtrent de larges quantités d’eau contenant des organismes nutritifs ou utilisent des méthodes de chasse collaboratives comme le « filet de bulles ».

 

 

Cette technique permet d’encercler des bancs de poissons grâce aux bulles émises par des rabatteurs en contrebas.



 

Après l’été passé dans les aires de nourrissage, les groupes mettent le cap vers des mers tropicales pour s’accoupler et mettre bas et permettre à leur progéniture allaitante de développer les quantités de graisses nécessaires au retour vers les eaux froides.



 

La baleine à bosse adulte pèse environ 30 tonnes et peut atteindre les 18 mètres.


 

 


 

 

Ou peut-on observer les baleines à bosse, à Madagascar ?



 

Les baleines peuvent être vues dans les eaux de Nosy Be, Tuléar, Fort Dauphin ou Morondava, mais deux sites majeurs sortent du lot :

 


 

LA BAIE D’ANTONGIL qui est une importante zone de reproduction.


 

La Wildlife Conservation Society y collabore avec les opérateurs locaux pour optimiser les initiatives de valorisation et de protection.


 

Une Fête de la Baleine y a été organisée pour la première fois en 2004.

 

 




 

 

SAINTE MARIE, où l’observation commerciale ou Whale watching est bien structurée, forte d’une expérience remontant à 1994.


 

L’Association Megaptera et le Groupement des Opérateurs Touristiques (GOT) proposent également un encadrement scientifique des croisières aux baleines, avec des explications sur le bateau ainsi que des conférences.

 

 

 








 

http://cecilefirelight.boosterblog.com/



 

xx
 
xx


xx
Booste le trafic de ton blog xx       xx xx    

xxxx  xxxx  xx

 







Créé avec Créer un site
Créer un site